Un membre du Comité consultatif national ethnoculturel reconnu par le gouverneur général pour son travail bénévole exemplaire

Par : Eileen Thoo et Donat Bilomba

Lorsque M. Luketa M’Pindou est arrivé en Alberta en 1999, il s’est engagé comme bénévole auprès de l’Association multiculturelle francophone de l'Alberta. Il a enchaîné les bonnes actions, au point de recevoir une marque de reconnaissance du gouverneur général.

 

Luketa est bénévole auprès de la communauté d’immigrants francophones d’Edmonton et milite pour que ces derniers aient accès à l’éducation et soient intégrés à la société. En collaborant avec de nombreuses organisations, Luketa contribue à défendre et à promouvoir les droits et les intérêts des communautés minoritaires francophones et acadiennes en Alberta et partout ailleurs au pays. Grâce à son travail exemplaire et à sa contribution envers la communauté franco-albertaine, il a reçu la Médaille du souverain pour les bénévoles, une distinction qui reconnaît les réalisations exceptionnelles de bénévoles canadiens. Parmi les 70 récipiendaires, Luketa faisait partie des deux seuls francophones et était le seul Afro-Canadien, ce qui démontre l’étendue de son travail dans la communauté. Mais cela ne s’arrête pas là. Outre la Médaille du souverain pour les bénévoles, Luketa a reçu un grand nombre d’autres prix et certificats, dont la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II, la médaille du centenaire de l’Alberta, ainsi qu’un certificat de reconnaissance du Sénat du Canada.

 

Luketa a été directeur de la Fédération des communautés francophones et acadienne de l’Ouest et du Nord du Canada et vice-président d’une organisation francophone provinciale avant de commencer à collaborer avec le Service correctionnel du Canada (SCC) et de se joindre au Comité consultatif national ethnoculturel (CCNE) en 2005. Sa contribution lui a permis d’être élu président du Comité consultatif ethnoculturel de la région des Prairies.


Plusieurs membres de communautés ethnoculturelles avaient une mauvaise opinion du SCC lorsque Luketa a débuté. Mais les moyens qu’il a pris pour les renseigner sur les programmes et le processus correctionnel du SCC ont donné de bons résultats. Un plus grand nombre d’étudiants se sont inscrits en criminologie et plusieurs personnes ont décidé de s’engager comme bénévoles auprès du SCC ou d’y travailler. Il s’agit d’une amélioration considérable, parce que les Prairies comptent un grand bassin de francophones.

 

Luketa fait non seulement partie du CCNE et du SCC, il est un pilier pour la communauté. Il informe et conseille ceux qui aimeraient travailler au SCC, tout comme il encourage et soutient les membres de la communauté. Il s’est même déplacé à Regina pour assister à la remise de diplôme d’un de ses anciens employés au SCC. À titre de leader de la communauté, Luketa assiste aux réunions du SCC et aide à faire avancer la cause du SCC dans son milieu. Reconnaissant qu’il est prioritaire d’aider les délinquants des communautés ethnoculturelles en matière de santé mentale, d’hébergement et d’emploi, il donne aussi de la formation dans les établissements, sous forme d’ateliers entre autres.

 

« Je suis très heureux de pouvoir travailler avec le SCC. Le travail du commissaire du SCC, Don Head, et le leadership du CCNE et du sous-commissaire régional, Peter Linkletter, ont aidé à promouvoir les services et les programmes pour les délinquants des communautés ethnoculturelles. Il reste tout de même des défis à relever et du travail à faire pour aider les délinquants à devenir de bons citoyens dans la société. Je tiens à remercier tous les employés du SCC, ils travaillent fort pour assurer notre sécurité. »

 

Date de mise à jour :